Ephémère (Heptageniidae) !

Version française
English translation
British and American flags

 

Quels drôles de petites bestioles que les éphémères. On dit qu’ils ont une espérance de vie si limitée qu’ils ne verront au cours de leur maigre existence qu’un seul lever et qu’un seul coucher de Soleil. Enfin, s’ils ont la chance de survivre aux innombrables dangers qui les guettent constamment. Frêles et fragiles, avec leurs grands yeux globuleux et leurs ailes qui se dressent maladroitement au-dessus d’eux, ils ressemblent un peu aux odonates (libellules et demoiselles) mais ils n’en sont que de pâles copies : les odonates elles sont de redoutables chasseuses craintes par tous les insectes ! Cependant, vous-êtes-vous déjà demandé si leur réputation de ne vivre qu’une journée –ce qui leur a donné leur nom- est vraie ? En fait, c’est faux.

Tout d’abord, les éphémères ne forment pas une espèce à part-entière, c’est un ordre (ordre des Ephemeroptera) au même titre que les odonates ou les papillons par exemple, qui comprend quelques milliers d’espèces.
Ensuite, regardons d’un peu plus près leur cycle de vie. Les éphémères proviennent d’œufs pondus par les femelles de la précédente génération en milieux aquatiques. Au bout d’un certain temps, temps qui varie de plusieurs jours à plusieurs mois en fonction des conditions ambiantes notamment la température, de chaque œuf va émerger une larve aquatique appelée nymphe ou naïade. Elles sont morphologiquement différentes des adultes, avec notamment une absence d’ailes et une biologie adaptée à la vie aquatique. Les nymphes vont ensuite grandir par mue successive en plusieurs mois voire plusieurs années, en fonction de l’espèce précise et des conditions ambiantes. Enfin, elles vont atteindre le stade de subimago. C’est un stade particulier, où les individus sont semblables morphologiquement au adultes (imago) avec présence d’aile et biologie adaptée au monde terrestre, mais généralement avec des organes sexuels non finalisés et des couleurs ternes et fades. Souvent, ce passage de nymphe à subimago, de l’aquatique à l’aérien, se fait simultanément pour toutes les nymphes : on assiste donc à la naissance de véritables essaims de milliers d’éphémères volant gauchement un peu partout ! Et pour tous ceux qui aiment avoir de l’insecte au menu, comme les oiseaux, les chauves-souris, ou les poissons par exemple, c’est une véritable manne, Noël avant l’heure ! Les subimagos peuvent muer encore une fois de plus pour devenir des imagos. Ce sont d’ailleurs les seuls insectes à ma connaissance qui peuvent muer une fois de plus après avoir eu des ailes fonctionnelles. La durée de vie des subimago+imago est courte, de quelques minutes à quelques jours en fonction des espèces, et c’est parce que le stade « adulte » ne vit qu’aussi peu de temps qu’on a appelés ces insectes des « éphémères » bien qu’en réalité vous l’aurez compris ils vivent beaucoup plus longtemps si on prend en compte leur stade larvaire ! Les adultes vont chercher à se reproduire et les femelles vont pondre des œufs en milieux aquatiques, et le cycle recommence !

En photo, il s’agit d’un éphémère de la famille des Heptageniidae. C’est un mâle subimago, et il est difficile d’aller plus loin. J’ai pensé à un Heptagenia et on m’a confirmé que c’était possiblement ce genre, voire même Heptagenia sulfurea, mais un autre genre proche (le genre Dacnogenia) fait qu’il est impossible d’affirmer ne serait-ce que le genre.

 


Dernière mise-a-jour : 4 janvier 2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *