Piqué par un article de merde, Bob raconte son calvaire

 

Un habitant de Lyon, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, a lu un article de merde concernant les araignées à son domicile, le vendredi 6 mars, écrit par un journaliste incompétent, l’un des plus incompétents de France.

« J’ai bien failli perdre vingt points de QI », raconte vendredi 5 mars Bob (prénom modifié), un aranéologue amateur de Lyon, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il faut dire qu’en retrouvant ses esprits, quelques heures après être passé par la case « lamentations sur la débilité des journalistes » et surtout après s’être retenu de faire avaler le livre « la recherche documentaire pour les nuls » au journaliste, Bob a compris que le journaliste n’était autre qu’un gros nul parmi tant d’autres !

« J’étais en train de regarder un épisode de Vikings, vendredi après-midi chez moi, quand j’ai vu passer dans mon fil d’actualité cet article, partagé par quelqu’un dans un groupe de passionnés d’arachnides. J’ai juste eu le temps d’apercevoir le titre, mais je ne me suis pas inquiété plus que cela. J’ai continué à regarder mon épisode. »

 

Désinformation de merde, chiasse intellectuelle

Mais un violent accès de curiosité le prend juste après son épisode. « Je me suis retrouvé à lire cet article de merde, sans aucune réflexion, ni recherche documentaire, et sans la moindre prise de recul ». La déficience mentale du journaliste commençait à faire effet. Une déficience potentiellement contagieuse, comme beaucoup de lecteurs gobent les informations sans les faire passer à la moulinette de leur esprit critique (si tant est qu’il existe).

Bob, qui ne voulait pas se laisser abattre pour un article de merde, a essayé de faire face à coups d’empathie. En fin d’après-midi, devant un autre épisode de Vikings, il a bien du mal à cacher sa perte de foi en l’humanité.

 

D’urgence dans les publications scientifiques

Si bien que quelques minutes plus tard, il recherche d’autres articles parlant du même sujet « J’espérais tellement trouver un article bien écrit, bien renseigné, que j’ai oublié qu’en matière d’araignées, les journalistes deviennent complètement gâteux. Alors quand j’ai vu les articles qu’avait écr… recopié les autres journaux, j’ai fermé mon navigateur web ».

« Après avoir expliqué ma situation à des amis, ils m’ont indiqué qu’il ne fallait pas que je me mette à insulter tout le monde de stupides moutons et qu’il me fallait un traitement de choc à base de réflexions et de zététique. Après quelques lectures de publications scientifiques, mon QI est revenu à la normal ».

En reprenant de la vigueur, il s’est lancé dans une croisade pour rétablir la vérité. Avant d’écrire cet article parodique, il s’est correctement renseigné sur Internet (en plus des connaissances qu’il avait déjà) et va maintenant vous expliquer pourquoi les informations présentés par différents journaux sont plus que douteuses.

 


 

Bon, maintenant, assez de parodies, place aux faits et à la connaissance. Parlons pour commencer de la Veuve-noire, aussi appelée Malmignatte (entre autres). En Corse et dans le sud de la France, l’espèce que l’on a est Latrodectus tredecimguttatus, différente de la (plutôt, d’une) Veuve-noire américaine, Latrodectus mactans. Donc inutile de comparer la Veuve noire américaine à la Veuve noire européenne, car ce ne sont pas les mêmes espèces. Et l’espèce qui arbore un jolie sablier rouge sur le ventre, c’est l’espèce américaine, pas la française. Mais bon, faire une recherche Google Image correcte est une tâche des plus difficiles pour un journaliste…

Une araignée va vous mordre (une araignée mord, elle ne pique pas) qu’en ultime recours, quand les autres stratégies de défense (qui se résume principalement à : sauve-qui-peut) ont échouées : ça peut arriver quand une araignée se retrouve écrasé contre la peau par un vêtement par exemple. Il a d’ailleurs été montré que L. tredecimguttatus ne mordait qu’à partir d’une certaine pression exercée sur son abdomen. Une morsure n’est pas synonyme d’injection de venin.  Comprenez : le venin d’araignée est un outil coûteux à fabriquer et réservé à la chasse et non à la défense. Injecter du venin pour se défendre, c’est une perte sèche. Un peu comme si, pour vous défendre, vous deviez perdre une partie de votre salaire (en étant smicard). Pas sûr que vous surviviez longtemps si vous perdez tout votre salaire…

Concernant les effets du venin de L. tredecimguttatus, il peut effectivement avoir un effet notable sur nous autres humains (surtout les fragiles, comme les enfants ou les personnes âgés, ceux ayant certains problèmes de santé…) mais rassurez-vous, il n’est pas mortel. Il existe certes un antivenin, mais il n’est quasiment jamais employé car il peut s’avérer bien plus dangereux que l’envenimation elle-même. L’envenimation par venin de Latrodectus s’appelle le latrodectisme. C’est un venin neurotoxique, donc il va grosso modo attaquer les connexions nerveuses. Typiquement, cela (peut) occasionner des contractions musculaires douloureuses, accompagnées des céphalées, de malaises, de sensations d’oppression, de fièvre, d’hypertension… Bref, ça risque de ne pas être un bon moment à passer, mais vous n’allez pas mourir, et vous allez récupérer en quelques semaines. Ce que peut faire l’hôpital en attendant, c’est de vous soulager pour certains symptômes en attendant que ça passe, en vous prescrivant notamment des médicaments agissant sur les muscles pour les détendre. C’est un peu comme un rhume en fait. Un rhume en plus douloureux et en plus chiant. Par contre, j’attire votre attention sur le risque septique : une morsure d’araignée peut s’infecter (en fait, comme n’importe quelle blessure cutanée, allant du membre tranché à la simple coupure par une feuille de papier). Mais il ne faut pas confondre l’infection résultant de l’absence de désinfection de la blessure et l’effet du venin.

Dans cette histoire, peu de choses collent avec le latrodectisme : les symptômes, la réaction de l’hôpital… Donc je suis extrêmement sceptique quant à l’origine aranéenne du problème ayant frappé cette personne. Et il est navrant de voir les journalistes se précipiter sur le cas, pondre un article putaclic mensonger, faire de la désinformation pour uniquement attirer des vues, sans se préoccuper de la véracité des informations qu’ils balancent. Ces gens là devraient être systématiquement virés et interdit de journalisme.

Quelques articles sur ce cas, par différents journaux :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *