Une petite sauteuse : Pseudeuophrys lanigera

Déposé délicatement sur une plateforme entourée d’eau situé dans un saladier pour être photographiée, peut-être que ce Pseudeuophrys lanigera (Salticidae) mâle se demande ce qui lui arrive, où il est, peut-être qu’il ressent d’une manière ou d’une autre l’anormalité de sa situation… Mais assez d’anthropocentrisme ! Quoi qu’il en soit, aussitôt confrontée à ce nouvel environnement, cette araignée sauteuse s’est mise à le parcourir, certains diraient qu’elle s’est mise à le découvrir, l’explorer, toujours avec un fil de sécurité !
 
De temps à autre, elle s’approche du bord, jusqu’à toucher de ses pattes l’eau qui l’entoure. Peut-être à t’elle repérer le bord du saladier, à plusieurs centimètres du capuchon du bocal qui lui sert de plateforme ? Subitement, elle saute. Manque de chance, elle était trop courte, et elle se retrouve à la surface de l’eau. Elle est tombé à plat, et comme elle est légère, elle se retrouve là, à flotter, immobile au-dessus de son propre reflet. Elle doit savoir qu’elle est en mauvaise posture, car elle ne tente rien, aucun déplacements ou tentative de déplacement, aucune agitation, elle attend parfaitement immobile. L’un des doigts du photographe vient cependant rapidement à son secours.
 
Puis, alors qu’elle toujours en train de tourner en rond sur son île, un doigt s’approche d’elle. Elle le remarque. Qu’est-ce donc ? Le doigt est maintenant à un centimètre, c’est-à-dire atteignable par un saut. Elle s’approche, et en un instant elle se retrouve sur mon doigt. Avec un fil qui la relie à son support d’origine, fil de sécurité nécessaire en cas de problème.
 
Après ces drôles d’expériences, la voilà de nouveau dans la boite en plastique où je la retiens. Mais une surprise attend ce Pseudeuophrys lanigera : quelque chose bouge à proximité… Alors qu’elle est sur l’une des parois de sa boite, la chose vient se poser sur le sol, à la verticale d’elle. Elle l’a repéré. Ça semble être comestible. Elle est encore trop loin pour attaquer, aussi décide-t-elle de s’approcher, lentement, mais sûrement. Elle réussit à réduire la distance entre elle et sa proie, sans éveiller les soupçons de cette dernière. Enfin, elle arrive à portée de saut, et attaque, se propulsant sur sa proie sans que cette dernière n’ai le temps de réagir, et toujours avec un fil de sécurité accroché à son point de départ.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *