La Taxinomie

INTRODUCTION GÉNÉRALE : LA CLASSIFICATION DES ÊTRES VIVANTS

 

I°) L’art de classer les êtres vivants

L’homme a toujours eu le besoin de tous classer. Les êtres vivants n’échappent pas à cette règle. En biologie, l’art de classer se nomme la systématique. L’art de décrire, d’identifier, de nommer se nomme la taxinomie. (également écrit « taxonomie« ). Aujourd’hui, les deux termes se confondent. La classification des êtres vivants correspond à la systématique et à la taxinomie. Personnellement, j’utiliserais le terme de taxinomie.De nombreuses classifications ont existé, existent, existeront…. Aujourd’hui, deux classifications s’affrontent. La première, celle que j’utilise, est la plus ancienne. C’est la classification dite « classique ». La deuxième, toute jeune, est dite « classification phylogénétique ». Elle se base sur l’étude des gènes. Et c’est la pagaille ! Les taxinomistes se tapent dessus pour savoir ou placer tel ou tel être vivant…. et c’est celle qui est enseignée dans les collèges….La classification classique est organisée en rangs, appelés taxons. Ils sont comme des tamis : ils filtrent selon des caractères communs : ainsi le phylum des arthropodes filtre les animaux ayant un exosquelette et des pattes articulées et le sous-phylum des hexapodes filtre les arthropodes possédant 6 pattes. Chaque niveau va en s’affinant.
Les taxons s’écrivent en latin. Il est néanmoins possible de les franciser (pour les principaux). La manière dont est écrit un taxons peut aider à déterminer son niveau taxinomique. Les noms latins ne prennent pas d’accent ! Voici les taxons (en rouge les principaux) :

 

TAXON CARACTÉRISTIQUES
Règne C’est le plus haut niveau de classification taxinomique
Commence par une majuscule
On peut le franciser
Sous-règne Commence par une majuscule
On peut le franciser
Phylum Commence par une majuscule
On peut le franciser
S’écrit phyla au pluriel, également appelé embranchement
Sous-phylum Commence par une majuscule
On peut le franciser
S’écrit sous-phyla au pluriel, également appelé sous-embranchement
Classe Commence par une majuscule
On peut la franciser
Les classes sont plus homogènes que les taxons précédents
Sous-classe Commence par une majuscule
On peut la franciser
Infra-classe Commence par une majuscule
On peut la franciser
Ordre Commence par une majuscule, se finit en -a (attention, d’autre taxons se finissent également par -a)
On peut le franciser
L’ordre fait un peu de tri dans la classe
Sous-ordre Commence par une majuscule
On peut le franciser
Infra-ordre Commence par une majuscule
On peut le franciser
Super-famille Commence par une majuscule, se finit en -oidea
On ne peut pas le franciser
Famille Commence par une majuscule, se finit en -idae (prononcer idé)
On peut le franciser
Sous-famille Commence par une majuscule, se finit en -inae (prononcer iné)
On ne peut pas le franciser
Tribu Commence par une majuscule, se finit en -ini
On ne peut pas le franciser
Sous-tribu Commence par une majuscule, se finit en -ina
On ne peut pas le franciser
Genre Commence par une majuscule, s’écrit en italique
On peut le franciser
Les êtres vivants appartenant au même genre sont souvent proche morphologiquement
Sous-genre Commence par une majuscule, s’écrit en italique, entre parenthèse après le genre
On ne le francise pas
Espèce Commence par une minuscule, s’écrit en italique, toujours précéder du genre
On peut le franciser
Sous-espèce Commence par une minuscule, s’écrit en italique, après l’espèce
On peut le franciser

 

Les espèce sont toujours désignées par deux mots : le nom du genre + le nom de l’espèce. C’est ce que l’on appelle la nomenclature binomiale. Le genre peut être suivis d’un sous-genre, et l’espèce d’une sous-espèce mais ce n’est pas obligatoire, c’est surtout pour plus de précision. Un exemple facile : l’homme Homo sapiens Linnaeus 1758, famille des Hominidae. Homo identifie le genre et sapiens l’espèce.
Vous avez sans doutes remarqué que j’ai ajouté un nom après l’espèce, ainsi qu’une date. C’est le nom du descripteur, la personne qui à décrit pour la première fois l’espèce, et l’année est l’année de la description. Lorsque le nom du descripteur est entre parenthèse, c’est que l’espèce a changée de genre. Lorsque l’espèce à été décrite plusieurs fois, c’est le nom du descripteur le plus ancien qui est gardé. C’est la loi de l’antériorité. Le nom du descripteur peut être francisé (Linnaeus donne Linée) et commence toujours par une majuscule. La date de la description est toujours une année.
Pour ceux qui n’aurait pas le cerveau ramollis par Internet, vous aurez remarqué que l’homme Homo sapiens, donc nous, n’a été décrite qu’en 1758 ! Pourquoi pas avant ? Essayez de trouver, la réponse est en bas de page.

Mais pourquoi s’embêter d’un tel système pour nommer les êtres vivants. Un homme c’est un homme, un chien c’est un chien ! Parce que c’est un système mondial. Ainsi, les noms courants (= noms vernaculaires) pour désigner les êtres vivants change de pays en pays, pire : de région en région, alors que les noms scientifiques restent partout les mêmes.

Maintenant les abréviations (attention, votre torture n’est pas encore finis !!) :

ABRÉVIATION ABRÉVIATION DE SIGNIFICATION
gr. groupe lorsqu’au sein d’un même genre un groupe de plusieurs espèces sont tellement proche qu’on ne peut pas les distinguer (sauf par l’étude des organes génitaux) on met après le genre l’abréviation suivis du nom d’une espèce représentative du groupe.
Placé après un genre et suivis par l’espèce
Exemple : Philodromus gr. aureolus (le groupe aureolus comprend 4 espèces  : aureolus, cespitum, longipalpis et collinus)
cf. confer Signifie « qu’on a sans doutes à faire à »
Se place après un genre et avant une espèce
Exemple : Dolomedes cf. fimbriatus indique qu’on a à faire à une Dolomedes, sûrement fimbriatus
sp. species Lorsque l’on connaît le genre, mais pas l’espèce, on met l’abréviation après le nom du genre.
Exemple : Carabus sp.
spp. species plurima placé après un genre, il signifie qu’on parle de toute les espèces dudit genre
Exemple : Araneus spp.
ssp. subspecies sous-espèces
Exemple :
Carabus morbillosus
-ssp alternans
-ssp constantinus
-ssp macilentus
-ssp morbillosus
abréviation de genre abréviation de genre Une fois qu’on a cité une espèce, on peut abréger son genre
Exemple : une fois qu’on a cité Philodromus aureolus, on peut dire P. aureolus

 

Mais qui a inventé ce système ? C’est un naturaliste suédois du XVIIIème siècle, Carl von Linnaeus –Carl von Linnée en français- (ça ne vous dit rien ?) qui a jeté les bases de la taxinomie moderne. Il écrivit un livre, après avoir voyagé en Europe, Systema Naturae, édité plus de 10 fois, et dont la dixième édition de 1758 (si ça ne vous dit rien c’est que vous avez le cerveau ramollit) généralise le système de nomenclature binomiale.

 

II°) Classification taxinomique simplifiée des arthropodes jusqu’aux ordres

PHYLUM SOUS-PHYLUM CLASSE ORDRE
Arthropoda
(Arthropode)
Chelicerata
(Chélicérate)
Arachnida (Arachnide) Araneae
Opiliones
Scorpiones
Pseudoscorpionnes
Palpigradi
Acari
Amblypygi
Uropygi
Solifugae
Ricinulei
Schizomida
Pycnogonida (Pycnogonide) Pantopoda
Merostoma (Mérostomate) Xiphosura
Crustacea
(Crustacé)
Branchiopoda (Branchiopoda) Diplostraca
Notostraca
Anostraca
Cephalocarida (Céphalocaride)
Malacostraca (Malacostracé) Isopodes
Decapoda
Maxillopoda (Maxillopode)
Ostracoda (ostracode)
Remipedia (Rémipede)
Hexapoda
(Hexapode)
Insecta (Insecte) Coleoptera
Diptera
Hemiptera
Hymenoptera
Ephemeroptera
Lepidoptera
Archaeognatha
Zygentoma
Odonata
Plecoptera
Blattodae
Dictyoptera
Isoptera
Dermaptera
Phasmatodea
Orthoptera
Embioptera
Psocoptera
Phthiraptera
Thysanoptera
Megaloptera
Raphidioptera
Neuroptera
Strepsiptera
Mecoptera
Siphonaptera
Trichoptera
Entognatha Collembola
Diplura
Protura
Myriapoda
(Myriapode)
Chilopoda (Chilopode) Scutigeromorpha
Scolopendromorpha
Lithobiomorpha
Géophilomorpha
Diplopoda (Diplopode) Glomérida
Polydesmida
Julida
Pauropoda (Pauropode)
Symphyla (Symphyle)