Petit tour à la ballade du Suzon

Lors d’une de mes promenades dominicales, je suis allé -à pied- à Fontaine-Les-Dijon, au nord de Dijon, près de Stockomani (pour ceux qui connaissent). En sortant de la ville proprement dite, j’ai vu un petit chemin qui s’enfonçait dans un coin de nature et qui suivait apparemment une petite rivière (je dis « apparemment » car c’était une rivière…. sans eau) : la ballade du Suzon. Mais je n’avais ni le temps ni mon appareil photo pour aller y jeter un coup d’oeil. Je suis revenu quelques temps plus tard, armé pour explorer cette ballade. Et je n’ai pas été déçu !

Le Suzon, petite rivière asséché (peut-être à cause de l'été ?). La ballade est située à gauche de la photo, derrière les arbres

Le Suzon, petite rivière asséché (peut-être à cause de l’été ?). La ballade est située à gauche de la photo, derrière les arbres

 

Les premiers arthropodes que j’ai vu étaient des Agélènes (Agelena labyrinthica ou Allagelena gracillens), que je n’ai pu photographier (c’est que ces Agelenidae aiment se tapir dans leur retraite et sont très rapides sur leur toile en nappe !). Observant quelques mouches se faire dévorer par ces cousines des Tégénaires, je me suis mis à rechercher d’autres petites bêtes dans l’herbe. En voulant photographier une Pardosa avec son cocon accroché à l’abdomen, j’ai soulevé une feuille et là…. Surprise ! Jackpot ! La feuille me semblait bien lourde, et effectivement, il y avait une grosse araignée (12-15 mm) en dessous, bien à l’abri dans sa loge de toile ! Très peureuse et craintive, je l’ai fait sortir de sa loge où elle s’est laissé photographier ! Elle a ensuite retrouvée le calme de son abri. J’ai tout de suite pensé à une Coelotes (Agelenidae) ou bien à une Amaurobiidae (les Coelotes faisaient un temps parti de cette famille) mais au final il s’agissait d’une Gnaphosidae. Impossible de déterminer un genre sur mes photos malheureusement !

 

Laissant la Gnaphosidae de côté, j’ai continué mon chemin. Enfin pas longtemps puisqu’à peine quelques minutes après ma séance photo avec l’araignée, je repérai un jolie papillon bleu, l’Azurée des Cytises (Glaucipsyche alexis) qui se posa sur une branche. En restant à 1 m, objectif déployé (mais pas à fond), j’ai pu le photographier sans le déranger.

 

Un peu plus loin, caché dans un bosquet, un Cercope rouge-sang (ou Cercope sanguin), Cercopis vulnerata sirotait la sève de la plante sur laquelle il était. Il y avait pas mal de vent, et j’étais en équilibre précaire (en contre-plongée) pour essayer de le photographier. Le Cercope sanguin est un hémiptère très reconnaissable à sa livrée rouge et noire, qui est capable de faire des bonds incroyablement grands (jusqu’à 1 m).

 

J’ai ensuite retrouvé une vieille amie, si l’on peut dire : la fameuse Marpissa muscosa, une grosse Salticidae, ici un mâle de 7 mm environ. C’est une araignée sauteuse, qui fait des bonds très précis, et qui est apprécié des amateurs de petites bêtes. Elle a été difficile à photographier, étant donné qu’elle repérait l’objectif de mon FZ 200 grâce à sa très bonne vue et fuyait, et que j’étais face au soleil en contre-plongée. Elle a fini par sauter sur mon objectif, mettant fin à la séance photo !

 

Sur le chemin du retour, j’ai à nouveau croisé un papillon, un Piéride (Pieris sp.). Il se confondait très bien avec l’arbuste sur lequel il s’était posé, j’ai eu du mal à le retrouver dans mon viseur !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *